Inscrivez-vous pour la recevoir :

La rainetteSaison thtraleAchetez en Villeneuvois
Accueil > Agenda21 > Plan de désherbage : la gestion intelligente des espaces verts

Plan de désherbage : la gestion intelligente des espaces verts

Pionnière en Lot-et-Garonne pour la mise en œuvre d'un plan désherbage, la Ville poursuit une gestion raisonnée, économe et responsable des espaces publics. Nouvelles techniques d'entretien, méthodes douces et naturelles, guident l'action. 

"La bonne solution, au bon endroit" : voilà comment résumer simplement la complexité d'un "plan désherbage". Parce que les trottoirs ne s'entretiennent pas de la même façon qu'un stade ou qu'un jardin public, la Ville a mis en place des techniques d'entretien adaptées à chaque espace et à leur fonction. L'occasion de travailler de façon sélective et respectueuse de l'environnement au sens large : pour les habitants tout d'abord, mais aussi la faune, la flore et l'eau. Une façon aussi de concilier l'approche écologique, les moyens humains et le matériel disponibles dans un cadre de vie de qualité avec un leitmotiv : « entretenir les espaces autant que nécessaire, mais aussi peu que possible ».


Aperçu des méthodes :

• Le paillage des arbres et arbustes des sites pilotes (1). Il empêche la pousse des mauvaises herbes, réduit les arrosages et nourrit les sols. Il permet, en outre, de valoriser les déchets ligneux et sert de refuge aux insectes.

• Un traitement chimique raisonné. Le recours aux désherbants a été revu. La Ville a réduit ses achats (plus de 10 000€ par an) et, sur l'économie réalisée, s'est équipée de désherbeurs thermiques (à vapeur), mécaniques et de débroussailleurs- désherbeurs, qui suppriment les mauvaises herbes et empêchent leur repousse. Plus écolo et efficaces, ils sont maniables par tous les temps et sur tout type de sol.

Le recours à la lutte biologique est lui aussi de plus en plus favorisé : c'est le cas par exemple pour combattre le tigre, cet insecte qui s'attaque aux platanes. Des larves de son prédateur naturel y sont déposées : une façon de prolonger la vie des arbres de façon naturelle, sans utiliser de produits chimiques. 

• L'économie d'eau. La mise en place d'arroseurs intégrés reliés à des programmateurs a permis de son côté de mieux gérer la consommation d'eau. Cette automatisation « intelligente », notamment pour les suspensions, demande moins d'intervention humaine, notamment sur les ponts. Elle n'est programmée que si nécessaire, uniquement la nuit ou tôt le matin, pour limiter l'évaporation. Malin !

(1) En 2012, la Ville a lancé un diagnostic sur les méthodes et les pratiques de désherbage. Neuf sites pilotes très différents ont été retenus : le complexe sportif, le cimetière Saint-Etienne, la roseraie, l'avenue de Fumel, l'école Jules-Ferry, le parc des Fontanelles, la base de Rogé, le jardin de la mairie et les Haras. 



Une prairie fleurie derrière la gare... 

Pour limiter les arrosages et les tontes, un autre projet test est en cours : celui d'une prairie fleurie dans le parc urbain. 

Départ de la voie verte, site de la MVA et de la Maison des Aînés, et bordant des logements, le parc François- Mitterrand s'étend sur 28 000 m2. Une surface qui demande jusqu'à 20 tontes par an par 3 personnes simultanément. Il est donc le lieu idéal pour tester la création d'une plate-bande de prairie fleurie d'environ 700 m2. Ce mélange de 10 variétés de fleurs colorées (toutes des vivaces), très esthétique, ne demandera que deux interventions par an et très peu d'eau. La préparation du sol a été confiée le mois dernier à une entreprise d'insertion ; les semis, quant à eux, devraient être en place à la mi-avril. L'objectif est de favoriser la biodiversité sur l'espace public, réduire encore l'emploi de produits phytosanitaires, valoriser le savoir-faire des jardiniers, sensibiliser les habitants à l'environnement et aux économies d'eau.

Dernière modification : lundi 02 novembre 2015